lundi 6 novembre 2017, à 14h30 – soutenance de thèse de Rémi Salaün

Rémi Salaün, futur docteur du laboratoire EIREST a le plaisir de vous convier à sa soutenance de thèse de doctorat intitulée « L’héritage touristique.  Trajectoire d’un lieu périurbain : la forêt de Fontainebleau », Sous la direction d’Edith Fagnoni, Professeure des Universités.

Celle-ci se déroulera en Sorbonne, le lundi 6 novembre 2017, à 14h30, salle Duroselle, Galerie Jean-Baptiste Dumas- 1, rue Victor Cousin – 75005 Paris

23360935_10212231900526571_626659611_n

Devant un jury composé de :

Mme. Edith FAGNONI, Professeure des universités en Géographie, Université Paris-Sorbonne, directrice de thèse

Mr. Marc GALOCHET, Professeur des universités en Géographie, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, rapporteur

Mme. Micheline HOTYAT, Professeure émérite de Géographie, Université Paris-Sorbonne, examinatrice

Mme. Isabelle LEFORT, Professeure des universités en Géographie, Université Lumières – Lyon 2, rapporteur

Mme. Monique POULOT, Professeure des universités en Géographie, Université Paris Nanterre, examinatrice.

Résumé :

Lieu touristique ancien, la forêt de Fontainebleau connait une situation paradoxale depuis les années 1960. Les estimations de sa fréquentation sont en hausse, passant de 9 millions en 1969 à 17 millions en 1999. Dans le même temps, l’ensemble des services touristiques disparaissent en forêt. Le pays de Fontainebleau, territoire dans lequel s’inscrit le lieu, connait une diminution du nombre de lits touristiques. Le processus de périurbanisation entraine une transition résidentielle où bon nombre de résidences secondaires sont devenues des résidences principales. La mutation résidentielle du territoire nous amène à réfléchir sur l’évolution des pratiques et des représentations de la forêt de Fontainebleau.

L’objectif de cette thèse a été d’étudier la trajectoire de la forêt de Fontainebleau en questionnant son héritage touristique. Pour cela, notre recherche doctorale s’appuie sur une enquête ethnographique sur les pratiques récréatives et le tissu associatif en forêt de Fontainebleau et sur un corpus documentaire mobilisant des archives, oeuvres artistiques et littérature touristique. La forêt de Fontainebleau constitue un « laboratoire » pour questionner la notion de tourisme au regard de la perception moderne des espaces naturels. Elle permet aussi de s’interroger sur la trajectoire des lieux construits par le tourisme, leur place dans l’ancrage d’habitants et sur les conflits territoriaux que cela peut engendrer.

Mots clés : Héritage touristique, forêt de Fontainebleau, lieu, périurbain, pratiques récréatives, conflits d’usage, mobilisations citoyennes, résistances.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :