Services et distribution dans les pays émergents (Oran, Algérie, 24 et 25 juin 2014)

L’Ecole nationale polytechnique d’Oran (Algérie), organise un colloque international sur le thème « Services et distribution dans les pays émergents ». Cette manifestation aura lieu les 24 et 25 juin 2014.

Les activités commerciales et de service représentent aujourd’hui près de 70% du PIB et de l’emploi dans la plupart des pays développés. Malgré la persistance, (et le regain sporadique en période de crise) de certains discours industrialistes qui persistent à considérer les secteurs de service comme parasitaires, peu innovants ou encore faiblement capitalistiques, force est de constater qu’il devient de plus en plus difficile aujourd’hui de contester le rôle économique de premier plan que peuvent jouer ces services dans les économies développées contemporaines. En effet, principaux pourvoyeurs d’emplois et principaux contributeurs à la valeur ajoutée au cours de ces dernières décennies, les services jouent également un rôle déterminant dans l’avantage compétitif global des firmes et de nations (cf. sur ce point le titre très évocateur de l’ouvrage de F. Gallouj, 2002 ; Innovation in the Service Economy, the New Wealth of Nations). Les services influencent en effet très directement la capacité d’adaptation et d’innovation des firmes industrielles ou tertiaires ; autrement dit ces activités jouent un rôle stratégique dans le système productif. Elles sont essentiellement des activités de réseau dont la signification économique réelle se reflète dans leurs nombreux effets (en termes de flexibilité, d’adaptabilité, de compétitivité, etc.) sur les autres fonctions économiques

Pour autant, l’essentiel des travaux existants reste centré sur le cas des pays développés. Curieusement, les économies émergentes ou en développement semblent pour l’essentiel, étrangères à ces débats théoriques et politiques. Plus précisément, la problématique du commerce et des services dans les pays émergents et/ou en développement peut se résumer à deux trajectoires de recherche distinctes successives.

– la première qui date du début des années 90, et qui semble avoir perdu en vigueur ces dernières années analyse la question des services au travers des besoins des firmes multinationales ou plus précisément de leurs filiales implantées dans les pays du Sud ;

– la seconde qui remonte pour l’essentiel au début des années 2000 a quant à elle été portée par les réflexions menées dans de nombreux pays développés sur les délocalisations et l’outsourcing des services

Ces travaux restent cependant très parcellaires et très éloignés des enjeux considérables qu’ils représentent ou devraient représenter à l’avenir pour les pays émergents. Tout d’abord, on constate qu’ils sont pour l’essentiel focalisés sur les services habituellement qualifiés de productif, autrement dit les services rendus aux entreprises (conseil, audit, services informatiques…).

La littérature reste en revanche relativement limitée (tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif) en ce qui concerne le commerce et les services aux ménages dans leur ensemble. Or, on ne peut nier que dans l’ensemble des pays concernés, on assiste à l’émergence d’une classe moyenne fortement consommatrice de services. Ainsi, le développement économique et la croissance sont, dans les pays émergents, largement portés par une demande intérieure (des ménages) en très forte croissance. Un certain nombre de travaux sur la grande distribution ont pu analyser la manière dont les classes moyennes ont contribué à accélérer le développement des formes modernes de distribution (hypermarché, supermarché, voire commerce en ligne).

A ce niveau une autre problématique, peu investie par les chercheurs, semble très prometteuse dans le cadre des réflexions sur les services et le commerce dans les pays émergents : celle de l’accélération des relations commerciales horizontales c’est-à-dire entre les pays émergents eux-mêmes… On peut citer à titre d’exemple l’avancée de la grande distribution turque dans les pays du Maghreb… ou encore de la diffusion en Afrique sub-saharienne des services bancaires et d’assurance, des services d’études et conseil à partir d’une base maghrébine…

L’objectif de ce colloque est de faire un bilan mais également et surtout d’actualiser nos connaissances sur le commerce et les services dans les pays émergents et en développement à la lumière des bouleversements qui affectent les secteurs de service. Il est donc aussi de tenter combler en partie le « gap » de recherche concernant les services et le commerce dans ces pays.

Les communications attendues peuvent relever de multiples champs disciplinaires (gestion, économie, sociologie ou encore géographie-aménagement…) et les contributions peuvent être de nature théorique, empirique ou méthodologique. Les préoccupations pourront être globales et porter sur l’avenir et les perspectives des services et du commerce dans les pays émergents, tout comme elles pourront se situer à un niveau « micro » et se centrer sur les comportements des firmes et des consommateurs dans ces mêmes pays.

Autrement dit, toutes les problématiques des services ou du commerce (innovation, GRH, stratégie, marketing, opérations…) sont bienvenues et seront prises en compte dès lors qu’elles sont appliquées aux pays émergents et/ou en développement.

Un appel à communication est ouvert jusqu’au 15 décembre 2013.

APPEL ORAN FINAL-1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :