23 janvier : Séminaire écotourisme au Kirghizstan

Nous aurons le plaisir d’accueillir mercredi 23 janvier (à 14h, à l’Eirest) Mélanie Duval et Johanne Pabion pour une séance exceptionnelle de l’EIREST, afin de discuter de leur travail de recherche sur l’écotourisme au Kirghizstan. Il s’agit d’un travail en cours, nous discuterons de méthode, et non seulement de résultats. Outre les collègues qui travaillent sur les questions d’écotourisme, les étudiants et tous ceux qui sont intéressés par les questions de méthodes et de croisement disciplinaires peuvent se joindre à nous. Ce sera également une manière d’inaugurer notre axe/socle méthodologique post Aeres ! 

TITRE : Permanences et changements dans les communautés des pâturages kirghizes : les effets socio-spatiaux de l’écotourisme

Mots clés : écotourisme, régime post-communisme, changement, adaptation, Kirghizstan

Résumé : Cette présentation vise à discuter des premiers résultats d’un travail de recherche actuellement en cours (conduit dans le cadre du Labex ITEM), lequel croise les approches géographiques et anthropologiques dans la perspective d’analyser les évolutions et/ ou transformations engendrées par le développement de l’écotourisme.

Ce projet vise à interroger les questions de changements, de permanences, d’adaptations et plus largement les processus de relecture à l’échelle d’une communauté locale située sur les pâturages kirghizes (jaïloo). Le changement est ici abordé sous l’angle socio-économique et politique, puisqu’il s’agit, dans une perspective diachronique, de mesurer les recompositions alimentées par le développement de l’écotourisme sur l’organisation spatiale d’un campement de yourtes. En s’appuyant sur la cartographie et l’apport de la démarche chrono-systémique, il s’agit de voir dans quelle mesure la spatialisation des données issues de l’enquête de terrain (observation participante et études biographiques à partir d’entretiens) éclaire et approfondit la question du changement et des permanences.

Johanne Pabion-Mouriès est anthropologue, post-doctorante au laboratoire SENS EA 3742. Chercheure associée à EDYTEM et à l’EIREST, elle travaille sur les processus de diversification touristique dans les territoires de montagne (Kirghizstan, massif de la Chartreuse).

Mélanie Duval-Massaloux est géographe, chargée de recherche au laboratoire Edytem UMR 5204 CNRS/ Université de Savoie et chercheure associée au Rock Art Research Institute (Université de Witwatersrand, Johannesburg). Ses thèmes de recherche portent sur l’analyse du triptyque patrimoine, tourisme et territoire. En vue de comprendre et d’analyser la complexité des modalités d’articulation de ces trois entrées, elle développe ses recherches essentiellement dans un cadre systémique et comparatif (Europe, Afrique du Sud, Asie centrale).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :