« Tourisme et médiations des patrimoines » : appel à contribution avant le 15 septembre 2012

Appel à contribution pour un numéro thématique de Culture et Musées : « Tourisme et médiations des patrimoines ».
 
Les propositions d’articles sont attendues pour le 15 septembre 2012.
Elles doivent être présentées sous la forme d’un résumé de 3 000 signes (Times 12).
Les propositions doivent présenter la question de recherche, la méthodologie employée et les résultats. 
Elles sont à adresser à : 
Émilie Flon, Equipe Culture et Communication du Centre Norbert Elias (UMR 8562), 
Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 
Emilie.flon@univ-avignon.fr

Les articles sollicités, après sélection des propositions, seront soumis à une double expertise en double-aveugle.
Au-delà du regard traditionnel sur l’antagonisme entre authenticité et tourisme, qu’est-ce qu’apporte la mise en tourisme à la médiation des patrimoines ? Une
nouvelle image, de nouvelles valeurs, de nouvelles pratiques ? Tous les types de patrimoines sont concernés par cette question : patrimoine immatériel, patrimoine
bâti ou monumental, patrimoine naturel, urbain, archéologique, ethnographique… 

La mise en tourisme suppose la mise en valeur des patrimoines et l’organisation d’un dispositif d’accueil et de médiation qui prévoit et organise la présence des «
touristes ». La mise en tourisme est également un processus qui remodèle notre perception de la réalité, car le tourisme est fortement lié à l’imaginaire (Urbain,
1998). Le tourisme a été abordé comme la visite d’un lieu symboliquement mis à distance, dans la mesure où il représente une altérité ; le processus constitutif du
tourisme se poursuit par la « recréation » de ce lieu afin de se l’approprier alors même qu’il se situe hors du quotidien (Stock, 2005). Par exemple le séjour dans un
lieu exotique va être approprié à travers une pratique de repos, ou un lieu inconnu approprié à travers une pratique de découverte. 

Si l’on considère la pratique touristique comme cette requalification d’un lieu à travers sa pratique, les liens entre tourisme et médiations des patrimoines sont
forts. Les médiations touristiques sont souvent critiquées pour leur caractère factice, inauthentique. La question de l’authenticité et de l’inauthenticité a été
traitée par une abondante littérature, dans laquelle les médiations touristiques sont souvent considérées comme la manifestation d’une façade ou de stéréotypes
touristiques, en décalage avec la réalité du quotidien (MacCannell, 1973, 1976) et l’authenticité des patrimoines. Il s’agit de dépasser l’antagonisme traditionnel
entre authenticité et mise en tourisme, afin de comprendre ce que la mise en tourisme apporte à la médiation des patrimoines au travers de leur mise en scène et
de la construction d’une représentation et d’une attraction touristiques pour ces patrimoines. 

Les médiations permettent de partager un espace-temps particulier, consacré à la mise en relation avec le patrimoine : elles cherchent à créer un pont entre le «
touriste » visiteur, l’objet ou le lieu patrimonial, et l’univers de référence du patrimoine (un ailleurs géographique ou temporel). Ces médiations s’incarnent pour
le « touriste » visiteur dans le temps et l’espace de la visite, qui intègrent l’objet ou le lieu patrimonial. Ainsi la médiation requalifie le patrimoine comme un
objet à contempler ou à comprendre, au sein d’un monde à explorer, à découvrir. Elle devient alors un dispositif de représentation ou de communication qui propose aux
touristes d’une part une mise en signification (des lieux, des patrimoines) et d’autre part un discours à intégrer aux pratiques touristiques et notamment aux
démarches de « recréation » des lieux. Cette médiation passe par la création d’un univers qui permet d’imaginer autre chose que la réalité quotidienne des lieux, ou
de se référer au monde d’origine du patrimoine. Cet univers de médiation existe pour le « touriste » visiteur à travers les ambiances, reconstitutions, illuminations,
parcours thématiques, activités ou lieux mythiques qui mettent en scène la ville, les expositions, les monuments, les territoires, une identité… 

L’objectif de ce numéro est d’analyser les interactions entre la mise en tourisme et les médiations des patrimoines, à travers les expériences touristiques et les
médiations à l’œuvre. Ces médiations peuvent par exemple s’appuyer sur la mise en intrigue, le récit, voire la fiction, ce qui peut transformer ou au contraire
souligner certains aspects propres au patrimoine. Plus particulièrement il s’agit d’interroger les modifications du patrimoine et de ses représentations que les
médiations peuvent produire lors de la mise en tourisme : par exemple, de quelle manière ces phénomènes aménagent-ils le moment de la découverte du patrimoine par
les touristes ? De quelle manière construisent-ils une nouvelle image du patrimoine ? Comment transforment-ils les savoirs associés au patrimoine ? Les médiations
touristiques participent-elles à produire de nouvelles valeurs patrimoniales ? 

On s’intéressera notamment aux nouvelles formes de médiations touristiques des patrimoines : la création d’univers sensoriels ou narratifs, les univers numériques,
les jeux pervasifs... 

Tous les types de patrimoines sont concernés par cette question : patrimoine immatériel, patrimoine bâti ou monumental, patrimoine naturel, urbain,
archéologique, ethnographique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :